GAILLEFONTAINE


sur le chemin


des grandes épreuves


par R.-C. Delefosse

Parmi les réunions internationales non officielles qui parsèment le calendrier français de moto-cross, i1 en est qui disparaissent, d’autres qui poursuivent une carrière sans intérêt, quelques-unes enfin qui s’affirment et nous donnent le sentiment de pouvoir un jour ou L’autre devenir un support authentique d’un moto-cross de réelle qualité sportive. C’est le cas pour L’organisation du M.C. Val de Bray à Gaillefontaine. Quand, informé du succès rencontré par ce programme, je me suis rendu pour la première fois à Gaillefontaine, j’ai découvert là un terrain qui m’a paru extrêmement difficile par rapport à la moyenne des pistes françaises. Cette visite m’a également permis de m’entretenir longuement avec les membres de I’équipe organisatrice et, plus particulièrement, avec le président Patrice Valléjo. J’ai trouvé en ce dernier un hamme jeune, réaliste, un promoteur clairvoyant au- tant qu’un motocycliste pratiquant. Et j’ai rencontré dans son entourage un certain nombre de responsables entraÎnés à assumer avec rigueur les différentes taches aux- quelles ijs sant préposés.Ceci m’a déterminé à envoyer notre collaborateur A. Kuligowski faire le reportage du moto-cross que le M.C. Val de Bray organise au seuil de la belle saison. Alors persuadé que la réunion de Gaillefontaine pouvait être appelée à prendre de I’étoffe, j’ai suggéré à P. Valléjo d’envisager dès I’année prochaine de participer au déroule- ment des championnats de France, en vue de postuier ultérieurement “organisation d’un des Grands Prix des championnats du monde. Les épreuves officielies me parais- sent en effet de plus en plus justiciables d’un choix soigneusement vérifié par avance. Au Val de Bray, cette proposition à double effet a obtenu une adhésion immédiate enco re que réfléchie. Patrice Valléjo a tenu à connaÎtre les différents aspects du problème autant qu’à montrer sur quelles bases il estimait pouvoir tonder la mise en place d’une course de championnat ou d’un Grand Prix. C’est ainsi qu’après m’avoir montré en particulier les ressources dont il dispose du point de vue de I’accueil graGe à la proximité de la ville de Forges-les-Eaux, cité thermale très bien équipée, il a en- Gore voulu que son dispositif d’organisation soit soumis aux critiques de M. Van Laere, président de la Commission Fédérale de Moto-Cross. Ce dernier test a eu lieu le 8 octobre à L’occasion du moto-cross automnal de tradition à Gaillefontaine, moto-cross qui d’ail- leurs s’est déroulé dans des conditions idéalement estivales graGe au temps magnifique que foute la France a connu ce jour-là. Au programme, un bon plateau inter malgré I’absence non justifiée des champions sué- dois et finlandais Olie Petersson et Kalevi 18 Vehkonen dont les bulletins d’engagement étaient pourtant rentrés. En plus, une cour- se nationale, une épreuve de championnat de Normandie et la finale du challenge ré- gional organisé par notre excellent confrère « Liberté-Oimanche D. Bref, un menu solide, do nt je m’empresse de dire qu’il a amplement satisfait les 14.000 spectateurs payants, un chiffre tout à fait appréciable. O’un point de vue général,Ja.Journée a été d’autant plus positive pour le) M.C. Val de Bray que ses coureurs ont brillamment ‘contribué à I'animation des diverses épreuves et récolté leur bonne part des lauriers remis sous forme de nombreux cadeaux, gerbes et coupes au terme d’un horaire scrupuleusement suivi. Enfin, ayant très attentivement examiné tous les aspects du meeting, le président Van Laere a pu dire au président Valléjo qu’à partir d’un certain nombre d’aménagements parfaitement réalisables, Gaillefontaine pourrait en effet, sous réserve naturellement de I'accord de la Commission; briguer la course de championnat, le Grand Prix dont j’ai parlé plus haut. Il s’agira pour tout dire d’élargir I~ ligne de départ et certains points de la piste, de refaire le sol de celle-ci et d'r planter un lichen résistant pour éviter le nombre excessif de nids de poule et faire obstacle à la poussière, de prévoir des parcs de coureurs séparés et d’alléger le programme du cóté des épreuves de complément, d’améliorer sur quelques points un dispositif technique très valable en sDi. Ces suggestions du président Van Laere sant d’ail- leurs de celles auxquelles Serge Schellens, le manager de Joël Robert, et moi-même nous sommes fait écho. Il est donG probable que I’on verra à Gaillefontaine I’année prochaine une course de championnat de France, le M.C. Val de Bray postulant pour la finale du 250 junior qui aurait alors I jeu début octobre. Sur sa lancée, Patrice Valléjo a également adressé une candidature officielle pour un Grand Prix de France en 1974. Au cas ou la F.F.M. lui donnerait son accord, il aurait encore devant lui plus d’un an pour procéder à toutes les modifications nécessaires et ré- pond re ainsi à I’attente des pouvoirs sportifs et du public. CBr, s’il est choisi, le M.C. Val de Bray entend bi en faire honneur à sa jeune réputation. Finalement, c’est là ce qu’il y a de plus important à dire en considération du moto- cross du 8 octobre, mais je m’en voudrais de ne pas mentionner tout le plaisir que j’ai pris avec toute I’assistance à suivre le déroulement des courses. Chez les inter:, la jute pour la première place s’est immédiatement située au niveau du jeune hollandais Frans Sigmans et du jeune allemand Herbert Schmitz, I’un sur Maico, I’autre sur



CI.contre : Herbert Schmltz est I’un des jeunes Allemands qul pointent ‘lU niveau International.

II est aussi I’un des pilotes officiels du préparateur Kramer. On connait Frans Sigmans (16) depuis un moment, encore qu’il n’ait que 25 BOS. Pilote rapide et audacieux, iI marche très fort quand ie terrain lui est favorable. Cl-dessous: Jean-Yves Tltalre (20) Inter licencié au M.C. Val-de-Bray, iI s’est «défoncé. pour fournir une bonne répilque à la concurrence.

A 25 ans, après buit ans d’une joile carrière, le sympathique Jacky Porte (17) «raccroche.. Non qu’iI n’ait plus les moyens de briller, et iI I’a fait voir cette saison

au Championnat de France et, pour linlr, à Gaillefontaine. Mais iI a en familIe un nouveau magasin de motos, qul réclame maintenant tout son temps.

11 y a des choix difficiles dans la le!

Colonne de gauche : avec la nouvelle Yamaha «Client., Drobecq (19) a fait ODe très belle première manche.



Maïco-Kramer. Dans la première manche et dans une poussière considérable, le hollandais a signé la première option tand is que notre jeune inter Patrick Drobecq, sur la nouveile Yamaha client, fournissait un effort enthousiasmant pour s’assurer la troisième place devant le beige Everts, ré- cent vainqueur de la Coupe Internationale de l’Avenir, Jacky Porte, l’inter local Jean- Yves Titaire, etc.

Schmitz a pris sa revanche dans la seconde manche ou Sigmans terminait second, ceci mettant les deux hommes à égalité de points au départ de la dernière manche. Novak a pris un très bon départ mais a dû céder la troisième place à Jacky Porte qui, à L’occasion de sa dernière course, s’était promis de terminer premier Français et d’obtenir par là la Coupe Moto- Revue. Enfin l’Anglais Adsett et l’Allemand Muller émergeaient du reste du lot ou Drabecq occupait la onzième place, ayant choisi au départ un emplacement qui lui valut d’être carrément coupé dans son envoi!

La troisième manche fut le théâtre d’une fantastique empoignade entre Sigmans et Schmitz. Tournant à la limite de L’adhérence, donna n à chaque passage dans les trous qui parsèment ce très dur circuit l’impression de devoir tomber. l’Allemand et le Hollandais se passaient et se repas- saient sous les acclamations d’un public remarquablement mis en verve graGe à une sana qui portait et à un commentateur très vivant. Dieu merci, L’accident qui semblait inévitable dans ce farouche duel ne se produisit pas, mais seulement un incident : Schmitz calait au som met d’un dos d'ane et les trois tours qui restaient à co u- vrir ne lui permettaient pas de rattraper tout le retard pris en la circonstance.

Dans cette finale le public a eu également le plaisir d’assister à un joli duel entre Titaire et Porte pour la troisième place. Le dernier cité finit par se garantir en rai- son d’une condition physique nettement supérieure, facteur très important de réussite sur un parcours aussi sévère. Ainsi Jacky terminait-il premier Français au classement général, tout juste devant la vedette du club organisateur, Titaire, qui eut beaucoup de mérite. La victoire allait naturellement à Sigmans, d’un geul point sur Schmitz.

Chez les nationaux la course fut essentielIeme nt I’affaire de A. Fran cru et du licencié du M.C. Val de Bray La croix, la victoire finale étant remportée au sprint par le premier nommé. Bon comportement de Bouscal, Fabekovic et Magnat. Enfin, Gilbert Lefèbvre, également licencié au club organisateur, remportait à la fois I’épreuve du championnat de Normandie« B » devant Gay, Leduc, Mulot, D. Lefèbvre, etc., et le challenge de «Liberté-Dimanche. devant ~ Leduc, Guillo, Ait Seddik, Paris, etc. ~

moto-revue octobre 1972